Le Réveil Lozère 24 février 2021 a 11h00 | Par AG

Levée de boucliers de la profession agricole

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Les syndicats agricoles – hormis la Confédération paysanne – sont vent debout contre la décision de la mairie de Lyon de servir un menu unique sans viande dans ses cantines scolaires. « Quelle intolérance chez certains écologistes, alors que le Plan national nutrition santé insiste sur la nécessité d’un repas équilibré », a dénoncé la présidente de la FNSEA Christiane Lambert sur LCI le 21 février. Alors que la municipalité justifie son choix d’un menu unique par les contraintes sanitaires, la responsable syndicale accuse, dans un tweet, les élus lyonnais d’« afficher l’idéologie sans le courage ». La FDSEA du Rhône a manifesté devant l’Hôtel de ville le 22 février. « Il faut d’abord se poser la question du local, plutôt que de se poser celle de la viande ou pas viande ! », lance de son côté le président de Jeunes agriculteurs Samuel Vandaele, le 22 février sur Cnews. Le président de la CFBCT (bouchers, charcutiers, traiteurs), Jean-François Guihard, dénonce « une insulte à l’ensemble des professionnels de la filière qui ont été mobilisés tout au long de la crise sanitaire ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les céréales, une denrée de base qui occupe près de 65 % de la surface cultivée de l’UE et qui est principalement utilisée pour l’alimentation animale, est la culture la plus sévèrement touchée. Nous avons notamment constaté que pour chaque année marquée par un épisode de sécheresse, les pertes de céréales augmentent de 3 %

a indiqué Teresa Bras, de la Nova School of Science and Technology de Lisbonne.