Le Réveil Lozère 01 avril 2022 a 08h00 | Par C.Rolle

Limagrain ressent les effets de la crise ukrainienne

Très présent en Ukraine et en Russie, Limagrain subit les contrecoups de la guerre. Explications avec le président Sébastien Vidal, dont la préoccupation première est de protéger ses collaborateurs et leurs familles.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
En 2013 Limagrain avait organisé un déplacement en Ukraine afin de rencontrer les producteurs locaux de maïs et de tournesol.
En 2013 Limagrain avait organisé un déplacement en Ukraine afin de rencontrer les producteurs locaux de maïs et de tournesol. - © C. Rolle (archive 2013)

Quelle est la position de Limagrain en Ukraine ?
Limagrain est présent en Ukraine depuis les années 2000 à travers des activités commerciales et la présence d’une station de recherche située entre Kiev et Odessa pour tester nos variétés locales de maïs et tournesol. Nous réalisons 70 millions de chiffre d’affaires en grandes cultures, majoritairement en tournesol, et 5 millions sur les potagères. En maïs, une partie du marché est approvisionnée par de la production locale, alors qu’en tournesol, les semences viennent essentiellement de l’extérieur (Turquie, USA et France). L’Ukraine est donc un marché important pour nous.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.