Le Réveil Lozère 24 février 2022 a 12h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

Londres prêt à accepter des contrôles douaniers

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Très réfractaire depuis le début des négociations sur le protocole nord-irlandais, le Royaume-Uni aurait finalement, le 11 février lors de la dernière réunion de négociation avec la Commission européenne, fait un pas vers l'UE en indiquant qu'il pourrait accepter des contrôles douaniers sur les marchandises destinées uniquement à la vente en Irlande du nord. Toutefois, Londres a précisé que ces contrôles devaient être beaucoup moins stricts que ceux proposés dans le cadre des ajustements techniques (procédures douanières et contrôles sanitaires et phytosanitaires) par l'UE. Bruxelles assure pourtant (de nouveau) que son offre permettrait de les réduire de 80 %, ce dont le Royaume-Uni reste peu convaincu. En octobre, la Commission européenne avait en effet proposé de créer des « canaux rouges et verts », dans lesquels les marchandises clairement destinées à rester à l'intérieur de l'Irlande du nord, comme les livraisons des supermarchés, ne devraient fournir qu'un seul formulaire douanier par chargement. Londres, tout en acceptant maintenant l'idée, considère que les déclarations doivent être encore simplifiées.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.