Le Réveil Lozère 29 décembre 2021 a 14h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

Londres prolonge ses assouplissements pour les saisonniers agricoles étrangers

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Le gouvernement britannique a annoncé le 24 décembre l'extension jusqu'à la fin 2024 des assouplissements en vigueur pour permettre le recours aux travailleurs saisonniers agricoles étrangers, mais a exigé un plan de la part du secteur pour rompre sa dépendance à cette main-d'oeuvre. Moins d'un an après l'entrée en vigueur du Brexit, le Royaume-Uni avait déjà dû assouplir sa politique migratoire en septembre en raison de problèmes d'approvisionnements, accordant 10 500 visas de trois mois à des travailleurs de secteurs comme le transport routier ou les élevages de volailles. Selon l'extension annoncée le 24 décembre, qui concerne les travailleurs saisonniers dans les secteurs du maraîchage et de l'horticulture, 30 000 visas pouvant aller jusqu'à six mois seront disponibles avec une extension jusqu'à 40 000 si nécessaire, selon un communiqué du gouvernement britannique. Le nombre de visas diminuera à partir de 2023, « et le secteur devra améliorer salaires et conditions » de travail, souligne le communiqué, dans la lignée du virage vers une économie post-Brexit fondée sur de hauts salaires et de hautes compétences promis par le Premier ministre Boris Johnson.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.