Le Réveil Lozère 26 août 2020 à 09h00 | Par Marion Ghibaudo

Lou Braisadou : la ferme auberge qui vient à vous

Ils veulent « garder l’esprit ferme auberge », mais se déplacent dans les villages dans un petit camion. Sandrine Dunand et Laurent Échavidre proposent une nouvelle façon de consommer terroir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ils veulent « garder l’esprit ferme auberge », mais se déplacent dans les villages dans un petit camion. Sandrine Dunand et Laurent Échavidre proposent une nouvelle façon de consommer terroir.
Ils veulent « garder l’esprit ferme auberge », mais se déplacent dans les villages dans un petit camion. Sandrine Dunand et Laurent Échavidre proposent une nouvelle façon de consommer terroir. - © Renaud Saint-André

Lorsqu’ils se sont installés hors-cadre familial en 2004, le couple n’avait certainement pas imaginé son activité évoluer de la sorte. Sandrine Dunand et Laurent Échavidre avaient repris à Christiane et Gérard Lacaze une exploitation agricole et une ferme-auberge dotée de quelques chalets pour les touristes.
Aujourd’hui, l’essentiel de leur activité se passe… dans un camion. Bien sûr, il reste les hébergements touristiques. D’ailleurs, le camping à la ferme s’est doté d’une piscine intérieure, de sanitaires neufs, de yourtes et même d’une bulle pour dormir en admirant les étoiles. Mais Lou Braisadou, à Saint-Mamet-la-Salvetat, surtout connu pour être une table où l’on se régale de produits de terroir, a évolué. Inutile de s’y déplacer cette année : « désormais, les produits fermiers, prêts à déguster, viennent à vous », explique Laurent Échavidre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.