Le Réveil Lozère 29 décembre 2021 a 15h00 | Par Marion Ghibaudo

Lupa'Lis, des cosmétiques naturels et locaux

Camille Ghersy a choisi la Lozère pour y développer sa marque de cosmétiques naturels, où elle a installé son laboratoire à Recoules-de-Fumas. Des produits qu'elle est fière de présenter comme étant « fabriqués avec 100 % d'approvisionnement local », une niche dans le monde des cosmétiques français où les producteurs revendiquant utiliser 100 % d'ingrédients français se comptent sur les doigts d'une main.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Camille Ghersy a choisi la Lozère pour y développer sa marque de cosmétiques naturels, où elle a installé son laboratoire à Recoules-de-Fumas. Des produits qu'elle est fière de présenter comme étant « fabriqués avec 100 % d'approvisionnement local », une niche dans le monde des cosmétiques français où les producteurs revendiquant utiliser 100 % d'ingrédients français se comptent sur les doigts d'une main.
Camille Ghersy a choisi la Lozère pour y développer sa marque de cosmétiques naturels, où elle a installé son laboratoire à Recoules-de-Fumas. Des produits qu'elle est fière de présenter comme étant « fabriqués avec 100 % d'approvisionnement local », une niche dans le monde des cosmétiques français où les producteurs revendiquant utiliser 100 % d'ingrédients français se comptent sur les doigts d'une main. - © Marion Ghibaudo

Menthe, miel, huile de tournesol, sauge ou macérats de thym... Des ingrédients que Camille Ghersy manie au quotidien pour créer les trois premiers produits de sa toute jeune marque : deux dentifrices (l'un sous forme de pâte et l'autre sous forme de poudre) et un déodorant.
Mais attention, ces ingrédients ne viennent pas de n'importe où : « je voulais absolument trouver des entreprises locales pour m'approvisionner, donc tout me vient de producteurs gardois et lozériens ». Une quête qui lui a pris « deux à trois mois » pour établir la liste de ceux qui pourraient lui fournir les précieuses matières premières. Si l'huile de tournesol et la cire d'abeille lui viennent du Gard, « d'une productrice amie de la famille », les plantes qu'elles utilisent proviennent en partie de l'entreprise de Pauline Robert* et de Loz'herbes. « J'ai les plantes qu'il me faut pour le moment », assure Camille Ghersy, mais elle a déjà établi une liste de producteurs potentiels pour des produits qu'elle compte développer dans le futur. « La question des fournisseurs m'a paru très importante tout de suite, pour m'assurer d'utiliser les bonnes plantes », explique Camille Ghersy, qui a choisi des formulations sous forme de poudre et de pâte pour éviter d'ajouter de l'eau à ses produits. « Premièrement, parce que je trouvais ça bête de vendre de l'eau et parce que les étapes de fabrication et les tests chimiques sont beaucoup plus drastiques », détaille l'entrepreneuse. La pureté de l'eau qui entre dans la composition de produits doit régulièrement être testée pour s'assurer qu'elle n'est pas toxique pour la peau et les produits ont des dates de péremption plus courtes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En faisant un don de mille litres, par exemple, un producteur permet de nourrir environ vingt familles pendant un an

explique la fédération des banques alimentaires (premier réseau d’associations d’aide alimentaire).