Le Réveil Lozère 31 mars 2021 a 10h00 | Par Le Réveil Lozère

Mac Lesggy se défend après la parution de la tribune de chercheurs

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Dans une tribune parue dans le Monde du 17 mars, un collectif de 26 chercheurs francophones (CNRS, Inrae, MNHN…) regrette la collaboration d’instituts de recherche publique avec des émissions à vocation scientifique qui, selon eux, « présentent toutes les caractéristiques des dispositifs de fabrique de l’ignorance ».
Selon Mac Lesggy, les auteurs de cette tribune se trompent de cible en attaquant son émission : « en quoi serait-il scientifiquement incontournable d’évoquer « l’agroforesterie » dans une émission qui s’intéresse à la qualité et à la production de nos aliments les plus courants ? » s’interroge ce dernier. Selon l’animateur, l’accusation de « dispositif de fabrique de l’ignorance » portée à l’encontre de son émission relève « d’insinuations totalement dénuées du moindre début de preuve factuelle ». De plus, relève Mac Lesggy, « ces accusations sont insultantes, tant pour les journalistes qui ont enquêté de longs mois, sur le terrain et dans les laboratoires, que pour les nombreux agriculteurs, experts et chercheurs qui y ont participé ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les céréales, une denrée de base qui occupe près de 65 % de la surface cultivée de l’UE et qui est principalement utilisée pour l’alimentation animale, est la culture la plus sévèrement touchée. Nous avons notamment constaté que pour chaque année marquée par un épisode de sécheresse, les pertes de céréales augmentent de 3 %

a indiqué Teresa Bras, de la Nova School of Science and Technology de Lisbonne.