Le Réveil Lozère 15 septembre 2021 a 11h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

Macron annonce un doublement du soutien public

Abonnez-vous Reagir Imprimer

À l'occasion de son déplacement sur l'évènement Terres de Jim, à Corbières (Alpes-de-Haute-Provence) le 10 septembre, le président de la République a annoncé un doublement par la « solidarité nationale » des fonds publics alloués aux outils de gestion des risques (assurance multirisques climatique et calamités agricoles), pour atteindre 600 millions d'euros par an. Rassurant le syndicalisme majoritaire qui craignait des annonces qui n'engagent pas le président mais seulement le potentiel candidat à la présidentielle, Emmanuel Macron a annoncé que cette réforme serait présentée sous la forme d'un projet de loi examiné à l'Assemblée nationale en janvier, et « voté sous cette mandature ». « C'était très attendu et c'est très fort », s'est félicité le président des chambres d'agriculture Sébastien Windsor, interrogé à l'issue de l'allocution. Emmanuel Macron n'est pas rentré dans le détail des mesures, qui devraient, selon son cabinet, reprendre les grands principes édictés par le groupe Gestion des risques du Varenne agricole, dont le rapport avait été présenté par le député LREM Frédéric Descrozaille en juillet. Le président de la République a assigné les objectifs suivants à la réforme : « l'accessibilité » de l'assurance privée, la meilleure « réactivité » des calamités agricoles, la « simplification » de ce double dispositif autour d'un « interlocuteur unique » pour chaque agriculteur, et enfin la création d'un « pool de réassurance ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.