Le Réveil Lozère 25 septembre 2021 a 10h00 | Par MN, LM

Macron annonce un « système de portage » pour décembre

Le ministère de l’Agriculture travaille à la création d’un « système de portage » de foncier agricole qu’il dévoilera en fin d’année, a annoncé Emmanuel Macron, lors de son déplacement le 10 septembre à Terres de Jim.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le ministère de l’Agriculture travaille à la création d’un « système de portage » de foncier agricole qu’il dévoilera en fin d’année, a annoncé Emmanuel Macron, lors de son déplacement le 10 septembre à Terres de Jim.
Le ministère de l’Agriculture travaille à la création d’un « système de portage » de foncier agricole qu’il dévoilera en fin d’année, a annoncé Emmanuel Macron, lors de son déplacement le 10 septembre à Terres de Jim. - © SC

Cette fête agricole annuelle est organisée par les Jeunes agriculteurs, cette année dans les Alpes-de-Haute-Provence, et s’est déroulée les 10, 11, et 12 septembre sur la commune de Corbières. Le président y voit un moyen « d’aider à prendre du foncier au moment le plus difficile, c’est-à-dire celui où l’on commence tout, où l’on est fragile financièrement et où l’on a déjà lancé l’exploitation », a-t-il expliqué lors de l’entretien. Il a brièvement dévoilé le degré de maturité du projet : « Ce que le ministre (de l’Agriculture, NDLR) est en train de travailler avec plusieurs d’entre vous, c’est un système de portage. Plusieurs groupes commencent à le faire dans le domaine bancaire ou assurantiel, on veut le généraliser et créer un système de portage français. »

FNSEA et JA applaudissent les annonces de Macron


Le syndicalisme majoritaire s’est félicité du doublement du budget alloué à la refonte de la gestion des risques climatiques (assurance et calamités agricoles), annoncé par Emmanuel Macron le 10 septembre aux Terres de Jim. L’enveloppe promise, de 600 millions d’euros par an, constitue « un montant inédit » pour un projet de réforme « qui répond à un travail et une demande de longue date de notre syndicat », ont déclaré les Jeunes agriculteurs dans un communiqué le 10 septembre. Même satisfecit à la FNSEA qui salue « l’architecture à trois niveaux » retenue par le gouvernement. Dans ce schéma, les risques de faible intensité seront assumés par les agriculteurs ; les risques d’intensité moyenne seront couverts par l’assurance MRC (multirisque climatiques) ; et les risques catastrophiques seront pris en charge par l’État. La Rue de la Baume se réjouit également du mode de gouvernance tripartite (réunissant État, agriculteurs, assureurs et coréassureurs) retenu par le gouvernement. « Cette organisation permettra une transparence dans la fixation des primes », ainsi qu’une participation « active » des parties prenantes dans « l’élaboration des offres assurantielles », souligne-t-elle dans son propre communiqué le même jour. Interrogé par Agra presse sur les curseurs de l’indemnisation des risques catastrophiques aux non-assurés, le cabinet de Julien Denormandie a répondu que « tout cela est en cours d’expertise ». Dans ses conclusions remises fin juillet au gouvernement, dans le cadre du Varenne de l’eau, le groupe de travail sur la gestion des risques indiquait que conformément au droit européen, un non-assuré ne pourra être indemnisé que jusqu’à 50 % de ses pertes exceptionnelles par l’Etat, contre 100 % pour un assuré. De plus, pour les non-assurés, le groupe de travail proposait d’introduire une dégressivité du taux d’indemnisation d’ici à 2030.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).