Le Réveil Lozère 31 août 2022 a 11h00 | Par LE REVEIL LOZERE

Marc Fesneau confirme la volonté de Macron de changer le statut du loup

Interpellé le 2 août, lors des questions au gouvernement au Sénat, à propos de la forte progression des populations lupines, le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau a confirmé les propos d'Emmanuel Macron qui s'était engagé, selon un communiqué de la FNSEA, à « faire évoluer le statut du loup » au niveau européen.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Le ministre a déclaré commencer à mener « un travail de dialogue avec les autres collègues européens pour réfléchir sur le statut du loup, désormais que nous savons que la population est hors de danger d'extinction ». « Il faut donc que l'on repose cette question tranquillement et calmement », a-t-il conclu. Le sénateur Cyril Pellevat (LR, Haute-Savoie) lui avait demandé s'il était « possible d'envisager la relance des discussions portant sur la modification du classement (du loup, NDLR) au sein de la Convention de Berne et de la directive Habitats, ce tant au niveau national qu'au niveau européen ». La population de loups, avec 921 individus à la sortie de l'hiver 2021-2022, avait en effet dépassé le seuil de 500, fixé par le plan loup 2018-2023, lequel « doit être refondé l'année prochaine », comme l'a rappelé le ministre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.