Le Réveil Lozère 05 juin 2019 a 10h00 | Par LE REVEIL LOZERE

Mauvaise année pour l’élevage

« Il y a des bonnes années et des mauvaises années », résume Philippe Chalmin, président de l’Observatoire de la formation des prix et des marges (OFPM) lors de la présentation du rapport annuel, le 3 juin 2019. Pour l’élevage français, 2018 est une mauvaise année.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Globalement, les prix à la production agricole ont augmenté de 2,2 %. En lait de vache, cette hausse se limite à 1 %. À l’inverse, en porc, les prix payés à la production chutent de 11,8 %, du fait d’une demande chinoise en peine. Ils diminuent de 0,6 % en viande bovine et restent stables en volailles de chair. En regard, les prix des moyens de production sont en hausse depuis 2017, ne permettant pas aux éleveurs de couvrir leurs coûts de production et une rémunération du travail à deux Smic. « En 2018, les producteurs porcins n’ont pas couvert la réalité de leur coût de production », explique Philippe Chalmin. Une situation équivalente en lait, tant en plaine qu’en montagne, à l’exception de la région est. Quant à la viande bovine « elle est en négatif depuis l’origine, décrypte l’économiste. Et la situation a empiré en 2018. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous disons stop à l'arrivée de toutes ces réglementations, le monde agricole n'en peut plus, il s'y perd. Il ne sait plus à quelle zone réglementaire il appartient, à quelle date semer.

Les chambres d'agriculture demandent une planification face au nombre important de politiques environnementales.