Le Réveil Lozère 09 novembre 2021 a 11h00 | Par GS

Méthanisation : pourquoi la Lozère reste à l'écart

Alors que le biogaz entre enfin en odeur de sainteté pour les pouvoirs publics, son développement reste très limité dans le département, malgré un potentiel important. Explication de ce paradoxe.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Alors que le biogaz entre enfin en odeur de sainteté pour les pouvoirs publics, son développement reste très limité dans le département, malgré un potentiel important. Explication de ce paradoxe.
Alors que le biogaz entre enfin en odeur de sainteté pour les pouvoirs publics, son développement reste très limité dans le département, malgré un potentiel important. Explication de ce paradoxe. - © Claudine Gérard

713 000 tonnes de déjections d'élevage : voilà l'imposante quantité de substrats produite chaque année en Lozère ? C'est, en tout cas, le chiffre retenu par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) dans son évaluation des perspectives de méthanisation pour 2030. À lui seul, le département produit presque l'équivalent des quatre autres départements de l'ex-région Languedoc-Roussillon. Malgré ce « potentiel méthanogène », le département ne compte que deux unités de méthanisation. Raison principale : « nous n'avons pas de réseau gazier » constate Arnaud Vanbalberghe, conseiller énergie et environnement à la chambre d'agriculture de Lozère. Dès lors, impossible de réaliser de l'injection, c'est-à-dire d'envoyer les surplus de gaz dans les réseaux gaziers. L'autre option, la cogénération reste, elle, plus difficile à mettre en oeuvre : malgré un tarif d'achat de l'électricité plutôt incitatif, « ce modèle économique requiert plus de capitaux de départ et du travail supplémentaire au quotidien » constate le conseiller.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue

Écrivent les présidents de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique le 26 novembre et adressée au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.