Le Réveil Lozère 03 juillet 2023 a 12h00 | Par Marie-Cécile Seigle-Buyat

Michel Cambon, la fine mine de l'agriculture

Chaque semaine, Michel Cambon éclaire avec humour l'actualité agricole. Rencontre avec ce dessinateur de presse depuis plus de trente ans.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Chaque semaine, Michel Cambon éclaire avec humour l'actualité agricole. Rencontre avec ce dessinateur de presse depuis plus de trente ans.
Chaque semaine, Michel Cambon éclaire avec humour l'actualité agricole. Rencontre avec ce dessinateur de presse depuis plus de trente ans. - © Apasec – MCSB

Lunettes rondes juchées sur le nez, petit sourire aux coins des lèvres et regard pétillant empli de malice et de bienveillance, Michel Cambon fait partie de ces rencontres qui marquent. Discret et timide, comme il se décrit lui-même, ce dessinateur de presse, qui fait éclater de rire ou sourire chaque semaine dans les colonnes des hebdomadaires agricoles de l'Est de la France, a pourtant la pointe de son crayon bien aiguisée pour capter d'un trait l'actualité agricole du moment. Michel Cambon a vu passer plus de trente ans d'évolution agricole. « J'ai plus ou moins vu naître la politique agricole commune (Pac) et évoluer au fil du temps », sourit l'artiste qui se souvient aussi du retour du loup, en Isère notamment. Surtout, ce passionné de journalisme et d'information de 57 ans a été marqué par les changements sociologiques au sein de l'agriculture qui se sont opérés au cours de ces trente années.

L'agriculteur comme il est vraiment
Pour ce fin observateur, la profession agricole s'est, en effet, professionnalisée au fil du temps. « Quand mes grands-parents étaient paysans, ils regardaient les tâches administratives de très loin, aujourd'hui elles représentent une grande part du quotidien des agriculteurs. » Alors, quand il s'agit de croquer un agriculteur, Michel Cambon le reconnaît lui-même : « C'est parfois difficile de le représenter comme il est réellement, sans tomber dans les clichés ». Pour autant, impossible de ne pas dessiner les agriculteurs en habit de travail, ou un ministre en costume, pour que les lecteurs comprennent au premier coup d'oeil de qui il s'agit. Une difficulté de représentation exacerbée par l'avènement des réseaux sociaux où les agriculteurs ont à coeur, à juste titre, de montrer les réalités de leur métier qui devient chaque jour de plus en plus technique et parfois de plus en plus éloigné des consommateurs. « Autrefois, nous avions tous un lien avec l'agriculture. Aujourd'hui, c'est moins le cas », reconnaît Michel Cambon. Alors, pour trouver l'inspiration et palper ce qui se passe dans les campagnes, le journaliste écoute beaucoup la radio, lit la presse quotidiennement... car si c'est par le dessin que Michel Cambon a décidé d'informer, celui qui est fier de posséder la carte de presse est avant tout un passionné de l'information.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

L’Inao hésite à communiquer sur les Siqo, notamment par peur d’être pris en défaut et sans doute aussi à cause de la difficulté à rendre les fondamentaux lisibles pour le consommateur

souligne le rapport rendu public le 25 septembre par le CGAAER (ministère de l’Agriculture), qui plaide pour « la formalisation et la mise en œuvre d’un plan d’action pour l’adaptation (…) au changement climatique &ra