Le Réveil Lozère 22 juillet 2020 a 14h00 | Par Cerfrance lozère

Modification du fonds de solidarité

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Le fonds de solidarité mis en place par le décret nº 2020-371 du 30 mars 2020 vient d’être modifié par le décret nº 2020-873 du 16 juillet 2020
Pour rappel, le fonds de solidarité met en place des aides financières jusqu’à 1 500 euros pour le premier volet (aides financées par l’État), et jusqu’à 5 000 euros pour le second volet (aides financées par les Régions) sous réserve de respecter certaines conditions détaillées dans le décret.
Le nouveau décret vient prolonger l’aide de 1 500 euros au titre du mois de juin pour toutes les entreprises (premier volet), quel que soit le secteur d’activité.
Aussi, les entreprises doivent notamment avoir fait l’objet d’une interdiction d’accueil du public intervenue entre le 1er juin et le 30 juin, ou avoir subi une perte de chiffre d’affaires d’au moins 50 % durant cette même période, par rapport à la même période de l’année précédente, ou si elles le souhaitent, par rapport au chiffre d’affaires mensuel moyen de l’année 2019. La demande doit être déposée au plus tard le 31 août 2020 (art. 2 du décret du 16 juillet).
S’agissant du second volet, le décret vient supprimer la condition de refus de prêt pour accéder à ce second volet du fonds de solidarité (art. 3 du décret du 16 juillet). En conséquence, la demande relative à ce second volet peut être déposée au plus tard le 15 septembre 2020 (au lieu du 15 août 2020).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue

Écrivent les présidents de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique le 26 novembre et adressée au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.