Le Réveil Lozère 10 juin 2020 à 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Nasbinals maintient sa fête de l’Aubrac

La fête de l’Aubrac, qui a lieu le 5 septembre, sera maintenue cette année. Une fête à la saveur particulière en raison de la crise sanitaire, selon les organisateurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La fête de l’Aubrac, qui a lieu le 5 septembre, sera maintenue cette année. Une fête à la saveur particulière en raison de la crise sanitaire, selon les organisateurs.
La fête de l’Aubrac, qui a lieu le 5 septembre, sera maintenue cette année. Une fête à la saveur particulière en raison de la crise sanitaire, selon les organisateurs. - © Marion Ghibaudo

Nouveauté cette année, la fête de l’Aubrac sera augmentée du concours interrégional charolais. « Si les gens veulent bien venir et si la fête peut se tenir… » explique Xavier Poudevigne, président du comité de fête local chargé de l’organisation. Car la tenue de cet événement dépend de ce « si », du fait que la crise sanitaire soit passée et que les règlements en autorisent la tenue. À l’heure où le Réveil Lozère part à l’imprimerie, les organisateurs ont décidé de maintenir les préparatifs.
Le concours, qui concerne les départements de la Lozère, de l’Aveyron, du Cantal et de la Haute-Loire sera suivi d’une vente, animée par Simon Genetic. « C’est une demande qui nous a été faite puisque l’an dernier, nous avions invité des charolais », s’enthousiasme Xavier Poudevigne.
Un événement, qui selon le président du comité des fêtes, s’inscrit tout à fait dans l’idée de la fête de l’Aubrac. « Ils voulaient faire ce concours à Nasbinals, car ils estiment que dans le charolais viande, l’un des cœurs de vente se trouve sur l’Aubrac », décrit Xavier Poudevigne. Une centaine de charolais et 100 à 150 Aubrac et limousins se sont partagés la place du foirail l’an dernier. « Cette année, on ne peut pas avancer de chiffre définitif mais il était prévu à peu près 250 bovins, une trentaine de chevaux et des moutons », selon le président du comité des fêtes.
Bien que les organisateurs aient tenu à maintenir la date du 5 septembre, ils redoutent les complications. « On espère que tout se déroulera au mieux », soupire Xavier Poudevigne.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1564, du 11 juin 2020, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui