Le Réveil Lozère 19 février 2020 a 10h00 | Par Céline Alanord

Naturelle, taillée ou vive, je ne te haie point

Au-delà de l’aspect esthétique, les haies offrent de nombreux avantages et nécessitent d’être entretenues. Rencontres avec François Chalmeau, élagueur-grimpeur.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Céline Alanord

En toponymie, la haie, de son ancien nom « la haye », a pu désigner originellement autre chose qu’une rangée d’arbre, puisqu’on le trouve dans le sens de « lisière de forêt ». La haie représente un biotope à elle seule et donc un intérêt indiscutable : vingt mètres de haie diversifiée peuvent abriter plus d’une centaine d’espèces animales. Les bienfaits sont nombreux : sources d’oxygène et d’azote, elles jouent également un rôle au niveau de l’eau en termes d’infiltration, épuration, rétention et réinjection des eaux de ruissellement.

Des vertus climatiques indéniables
Elles sont aussi sources de bois et d’énergie et servent comme matériaux pour la construction de bâtiments ou maisons individuelles. Les haies sont d’autant plus une source de richesse car elles sont le lieu où trouvent naissance tout un panel de plantes comestibles, baies, fruits, plantes médicinales, etc. Au-delà, les vertus climatiques des haies permettent de lutter contre les chaleurs excessives mais elles font aussi effet brise-vent. François Chalmeau, dirigeant de la société Natura 23 créée en 2008 à Châtelus-Malvaleix, est un élagueur formé et diplômé.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Nous avons eu l’agréable surprise de voir les Français présents aux achats

explique Cassandre Matras, responsable de projets au sein de l’Idele.