Le Réveil Lozère 20 février 2019 a 16h00 | Par AJ

Négociations commerciales : premier bilan d'étape « nuancé »

Comme l'an passé, les industriels de l'agroalimentaire et les distributeurs n'ont, pour l'instant, pas tiré le même bilan des négociations commerciales qui doivent s'achever à la fin du mois, le gouvernement n'a pas tranché ce débat.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © S. Leitenberger

Malgré les États généraux de l'alimentation et la loi Agriculture et alimentation adoptée en octobre, « rien n'a changé », dénonçaient les industriels de l'Ania, à quelques heures de la réunion du comité de suivi des négociations commerciales qui se tenait le 13 février à Bercy, en présence des ministres de l'Économie et de l'Agriculture. « Demandes de baisse de prix systématiques [...], pressions, chantage, menaces de sorties de rayons pour vos produits si vous n'acceptez pas les conditions imposées », liste l'organisation. Richard Girardot, son président, lors d'une audition au Sénat, rapporte des demandes de baisse des prix de 1,5 à 4 % de la part de la distribution auprès des PME. Les résultats issus de l'observatoire de l'Ania à partir du retour de 453 entreprises sont selon lui « sans appel » : « 96 % des entreprises sondées estiment que la situation avec leurs clients de la grande distribution n'est pas meilleure, voire s'est dégradée, par rapport à l'an passé ».

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1498, du 21 février 2019, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.