Le Réveil Lozère 07 août 2019 a 10h00 | Par FDSEA-JA

« Non au Ceta ! »

Les responsables agricoles lozériens ont rencontré Guylène Pantel et Betty Zampiello.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © JA48

« Le 23 juillet dernier, lors du vote de ratification du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada (Ceta) à l’Assemblée nationale, la majorité des députés s’est positionnée en faveur de l’accord. L’avenir de la filière est maintenant entre les mains des sénateurs. Cet accord sur le plan économique est catastrophique, les importations déstabiliseront la filière. Nous avons fait le choix d’informer largement nos parlementaires sur le sujet, nous ne sommes pas opposés au commerce international, mais des conditions strictes doivent être établies car c’est toute l’économie de l’agriculture qui en dépend ! » expliquait Olivier Boulat, président de la FDSEA Lozère lundi 29 juillet lors d’une rencontre lozérienne sur le sujet. Dans les locaux de la chambre d’agriculture, les responsables agricoles du département dont Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture, Vincent Bonnet, président des Jeunes agriculteurs et Olivier Boulat ont rencontré Guylène Pantel, suppléante d’Alain Bertrand, sénateur de la Lozère ainsi que Betty Zampiello, attachée parlementaire. La ratification du Ceta aux yeux de l’ensemble de la profession agricole n’est cohérente ni avec les discours des responsables politiques, ni avec la loi Egalim adoptée en 2018 qui prône une montée en gamme des produits agricoles et alimentaires et une consommation locale, rémunératrice pour les producteurs et respectueuse de l’environnement. La faible majorité obtenue lors du vote montre bien que la confusion dans les arguments mis en avant y compris par le gouvernement, notamment concernant les farines animales, ont instauré le doute au sein de la majorité.

 

 

Suite du papier à lire dans le Réveil Lozère n°1522, du 8 août 2019, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.