Le Réveil Lozère 05 juin 2019 a 10h00 | Par Aurélie Pasquelin

« Nous avons tous les deux privilégié notre famille »

En projet depuis plusieurs mois, Frédéric Pansier a repris la semaine dernière la boucherie Bonnal de Mende. Un nouveau départ pour l’artisan comme pour Françoise Bonnal.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Frédéric Pansier a officiellement repris la boucherie de Françoise Bonnal le samedi 1er juin.
Frédéric Pansier a officiellement repris la boucherie de Françoise Bonnal le samedi 1er juin. - © Aurélie Pasquelin

Tous les Lozériens, qu’ils soient de Mende ou non, ont au moins une fois entendu parler de la boucherie Bonnal de Mende. Tenu depuis trois générations par la famille Bonnal, l’établissement fait partie de l’histoire de la ville et du département. À la tête du commerce depuis plusieurs années maintenant, Françoise Bonnal a fait le choix de vendre la boucherie. Elle a officiellement été reprise par Frédéric Pansier le 1er juin dernier. « J’habite avec mon mari aux Badieux (sur la commune des Bondons, ndlr), explique Françoise Bonnal. Les trajets entre l’exploitation agricole de mon mari, notre habitation et la boutique, je les ai faits pendant de nombreuses années. Aujourd’hui, je voulais profiter de mes enfants, pouvoir passer du temps avec eux. C’est pourquoi j’ai fait ce choix. »

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1513, du 6 juin 2019, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.