Le Réveil Lozère 06 mai 2020 � 10h00 | Par Propos recueillis par Ivan Logvenoff

« Nous devons relocaliser l’alimentation, pas seulement celle des hommes »

Alors que le président a visité des exploitations agricoles de sa circonscription, Sandrine Le Feur, députée LREM du Finistère, précise sa vision d’une transition environnementale au service d’une autonomie retrouvée.

Abonnez-vous R�agir Imprimer
Sandrine Le Feur, député LREM de la 4e circonscription, Finistère
Sandrine Le Feur, député LREM de la 4e circonscription, Finistère - © DR

Quelles sont les conséquences, selon vous, du coronavirus dans le secteur agroalimentaire français ?
On voit que les agriculteurs sont remis sur un piédestal, et nous devons en profiter pour redonner tout son sens à notre mission de production. Nous devons relocaliser l’alimentation, pas seulement celle des hommes, mais aussi celles des bêtes. Sommes-nous capables de nourrir nos vaches, nos volailles, nos porcs, si on ferme les frontières ? Ce sera possible demain, non seulement en luttant contre la déforestation importée, mais surtout avec une agriculture diversifiée, un nombre d’animaux réduit, et en favorisant l’alimentation à l’herbe. Et, en arrêtant de nourrir les troupeaux avec des céréales, d’autres surfaces deviendront disponibles pour l’alimentation humaine, qui permettront de renforcer notre autonomie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Aujourd’hui, la zone des Landes malheureusement est condamnée à très court terme

A déclaré Marie-Pierre Pé, la directrice du Cifog (interprofession du foie gras), sur RTL le 8 janvier. Avec une quarantaine de nouveaux cas depuis le 8 janvier, l’épizootie d’influenza aviaire poursuit sa progression