Le Réveil Lozère 03 juin 2020 à 10h00 | Par Sébastien Duperay

« Nous voulons que chaque loup qui s’attaque à un troupeau soit prélevé »

Audits auprès des élevages fortement prédatés, recommandation du préfet coordonnateur qui restreint les prélèvements de loups et chiens de protection : la profession reste vigilante alors que la pression de prédation ne faiblit pas.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Audits auprès des élevages fortement prédatés, recommandation du préfet coordonnateur qui restreint les prélèvements de loups et chiens de protection : la profession reste vigilante alors que la pression de prédation ne faiblit pas.
Audits auprès des élevages fortement prédatés, recommandation du préfet coordonnateur qui restreint les prélèvements de loups et chiens de protection : la profession reste vigilante alors que la pression de prédation ne faiblit pas. - © Dominique Hommel – Parlement Européen

Depuis le début de l’année, treize loups ont été prélevés en France*. L’an dernier, 98 individus avaient été détruits, atteignant pratiquement le plafond qui avait été fixé à cent loups pour 2019. Sur le terrain, « la pression de prédation est toujours aussi insupportable pour les éleveurs et aussi forte dans les élevages », notamment dans les Alpes-Maritimes, en Isère et en Savoie, indique Claude Font, secrétaire général adjoint de la fédération nationale ovine (FNO), en charge du dossier loup.
Des audits sont actuellement menés par les services** du préfet coordonnateur sur le loup et les activités d’élevage, auprès des cinquante éleveurs qui correspondent à 30 % de la prédation. Mais ces audits posent problème, indique Claude Font. « Nous étions plutôt d’accord » avec le principe d’analyser la situation d’éleveurs qui concentrent la grande majorité de la prédation, confie-t-il, même si la profession est opposée à une « gestion différenciée » et demande « que la prédation soit traitée de la même manière, quels que soient le territoire ou les élevages ». Mais dans les faits, les éleveurs ressentent plutôt une remise en cause de « l’intervention » pour la défense de leurs troupeaux, rapporte le professionnel.
Une situation dénoncée lors du dernier Caf Loup (qui regroupe le syndicalisme agricole majoritaire et les chambres d’agriculture), qui s’est réuni le 28 mai. « Lors du groupe national Loup qui se tiendra le 8 juin à Lyon, nous allons demander une remise à plat de l’objectif de ces audits. Car s’il s’agit d’une remise en cause du travail de l’éleveur, on arrête tout de suite », prévient Claude Font, qui en attend plutôt « des procédures d’intervention plus efficaces pour se défendre du loup ». Attention aussi à ne pas oublier ce qui se passe dans les autres territoires, alerte-t-il.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1563, du 4 juin 2020, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Des bénéfices économiques directs, et une productivité ou une rentabilité accrue sont les conditions essentielles de l’adoption des pratiques durables à court terme

soulignent des chercheurs dans une étude publiée le 4 octobre dans Nature.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui