Le Réveil Lozère 24 mars 2021 a 09h00 | Par AgraPresse

Nouvel appel d’ONG à abandonner l’accord

Abonnez-vous Reagir Imprimer

L’accord commercial UE-Mercosur est une nouvelle fois la cible de 450 associations et ONG réunies dans le collectif Stop Ceta-Mercosur qui ont appelé le 15 mars les gouvernements à abandonner sa procédure de ratification. Il va « aggraver la destruction et l’effondrement de la biodiversité de l’Amazonie, du Cerrado et du Gran Chaco en raison de la hausse des quotas d’importation de bétail et d’éthanol vers l’Europe, perpétuant un modèle agricole extractiviste fondé sur le sur-pâturage, l’expansion de l’élevage intensif avec des parcs d’engraissement pour le bétail, et des monocultures dépendantes des pesticides et produits chimiques », expliquent les signataires parmi lesquels Attac, Greenpeace, Oxfam ou encore Extinction Rebellion UK. Aujourd’hui, l’accord est toujours dans une phase de mise en forme juridique et de traduction en vue de sa ratification. Toutefois, sur le plan politique, les discussions font du surplace en raison de l’opposition d’un certain nombre d’États membres, dont la France qui exige « des garanties tangibles et objectivables » des pays du Mercosur à la fois sur « l’environnement et les normes sanitaires ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les céréales, une denrée de base qui occupe près de 65 % de la surface cultivée de l’UE et qui est principalement utilisée pour l’alimentation animale, est la culture la plus sévèrement touchée. Nous avons notamment constaté que pour chaque année marquée par un épisode de sécheresse, les pertes de céréales augmentent de 3 %

a indiqué Teresa Bras, de la Nova School of Science and Technology de Lisbonne.