Le Réveil Lozère 24 février 2021 a 11h00 | Par AG

Nouvelle levée de boucliers

Alors que la Commission européenne et la présidence portugaise du Conseil voudraient accélérer la procédure de ratification de l’accord commercial UE-Mercosur, des eurodéputés et les organisations agricoles de l’UE rappellent le manque de garanties du texte sur les normes phytosanitaires et le climat.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Alors que la Commission européenne et la présidence portugaise du Conseil voudraient accélérer la procédure de ratification de l’accord commercial UE-Mercosur, des eurodéputés et les organisations agricoles de l’UE rappellent le manque de garanties du texte sur les normes phytosanitaires et le climat.
Alors que la Commission européenne et la présidence portugaise du Conseil voudraient accélérer la procédure de ratification de l’accord commercial UE-Mercosur, des eurodéputés et les organisations agricoles de l’UE rappellent le manque de garanties du texte sur les normes phytosanitaires et le climat. - © Copa-Cogeca

Après les organisations et coopératives agricoles de l’UE qui ont lancé le 11 février une campagne de communication pour rappeler leur opposition à la ratification de l’accord de libre-échange signé entre l’UE et les pays du Mercosur, ce sont une soixantaine d’eurodéputés Verts – mais aussi quelques-uns d’autres groupes politiques, notamment le Français Pascal Canfin (centriste) président de la commission parlementaire de l’Environnement – qui expriment leurs inquiétudes. Dans une lettre adressée le 11 février au Premier ministre portugais António Costa, dont le pays préside le Conseil de l’UE jusqu’au mois de juin, ils demandent la renégociation de l’accord de libre-échange avec les pays du Mercosur. La Commission et le Conseil avaient indiqué, il y a quelques semaines, être en discussion avec le Mercosur autour de déclarations additionnelles sur le respect d’objectifs climatiques et sur la lutte contre la déforestation. « Des engagements additionnels qui ne sont pas applicables et sanctionnables et qui n’ont pas de lien juridique clair avec le texte de l’accord ne sont pas suffisants pour s’attaquer aux carences de l’accord », jugent les signataires qui appellent le Conseil à suspendre les négociations pour le moment, plutôt que de « s’empresser à signer un accord nocif ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les céréales, une denrée de base qui occupe près de 65 % de la surface cultivée de l’UE et qui est principalement utilisée pour l’alimentation animale, est la culture la plus sévèrement touchée. Nous avons notamment constaté que pour chaque année marquée par un épisode de sécheresse, les pertes de céréales augmentent de 3 %

a indiqué Teresa Bras, de la Nova School of Science and Technology de Lisbonne.