Le Réveil Lozère 26 janvier 2022 a 13h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

Nouvelle revalorisation en agriculture, avancée dans l’industrie de la volaille

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Les partenaires sociaux se sont mis d’accord pour augmenter de 0,9 à 1 % les salaires minimaux de la branche production agricole et Cuma, s’est réjoui la CFDT Agri-Agro en conférence de presse le 24 janvier. En octobre, les négociations avaient déjà abouti à une première revalorisation de la grille nationale des minima de salaires (+2,2 à +2,5 %) afin de répercuter la hausse du Smic et ainsi préserver le pouvoir d’achat des travailleurs agricoles. « Pour les salariés payés au minimum conventionnel, ces deux augmentations successives cumulées représentent entre 514 € à 1140 € bruts par an », souligne le syndicat dans un communiqué, en saluant au passage « l’engagement de ses partenaires dans un contexte social compliqué ». De même, la branche des entreprises de travaux agricoles (ETA) a négocié une nouvelle augmentation des salaires minimaux « comprise entre 0,9 et 1,5 % », selon un autre communiqué le 24 janvier. Côté industrie, les négociations difficiles dans la branche volaille ont enfin abouti à « des propositions d’augmentation autour de 4 % en moyenne pour le collège employés-ouvriers », a annoncé le secrétaire national de la CFDT Agri-Agro Alexandre Dubois.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

À chaque attaque, tous les éleveurs doivent pouvoir accéder aux tirs de défense simples, voire renforcés, sans entrave

défend Claude Font, référent loup pour la FNO (éleveurs ovins, FNSEA).