Le Réveil Lozère 17 février 2021 a 12h00 | Par AgraPresse

Ouverture de l'aide aux cantines scolaires rurales

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Dans le cadre du plan de relance, les communes rurales qui gèrent des cantines scolaires en maternelle et cycle élémentaire pourront bénéficier d'une subvention de l'État pour s'équiper en vue de respecter les obligations fixées par la loi Égalim, de servir 50 % de « produits bio, de qualité et durables » d'ici à 2022. Le volet agricole du Plan de relance prévoit en effet une enveloppe de 50 millions d'euros de soutien aux cantines scolaires. Publié le 7 février au Journal officiel, un décret du 6 février met en place une aide en faveur des communes rurales ou leurs établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) désireuses d'équiper leur restaurant scolaire pour se conformer à cet objectif. Si elles étaient éligibles en 2020 à la dotation de solidarité rurale, les communes pourront bénéficier, à partir de 1 500 euros de dépenses, d'une aide de l'État « égale au montant » de ces dernières, dans la limite d'un plafond progressif, allant jusqu'à 33 000 euros, au-delà de 56 000 euros de dépenses. En complément, un arrêté, du 6 février également, liste les matériels destinés au traitement des produits frais dont l'acquisition peut être subventionnée : éplucheuse, robot coupe-légumes, extracteur de jus...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).