Le Réveil Lozère 11 mai 2022 a 14h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

Ouverture du guichet pour la deuxième enveloppe d'aide à la trésorerie

Abonnez-vous Reagir Imprimer

es éleveurs de porcs peuvent demander, jusqu'au 15 mai sur le site de FranceAgriMer, l'aide à la trésorerie dite « volet 2 », prévue dans le cadre du plan d'urgence annoncé par le gouvernement fin janvier. Comme prévu, ce dispositif s'adresse aux producteurs spécialisés (plus de 20 % du chiffre d'affaires pour l'atelier porcin) et ayant élevé au moins 500 porcins en 2021 (200 animaux pour les éleveurs bénéficiaires de l'ICHN). Autre condition : l'éleveur - ou son organisation de producteurs - doit avoir proposé à son abatteur un contrat conforme à la loi Égalim 2. Les dossiers seront « pris en compte dans l'ordre d'arrivée jusqu'à épuisement des crédits », précise FranceAgriMer. L'aide du « volet 2 » est dotée de 175 MEUR, elle vient compléter une première enveloppe de 75 MEUR d'aide à la trésorerie et 20 MEUR d'exonérations MSA. Ce soutien s'inscrit dans le cadre des aides Covid, la pandémie ayant provoqué « la fermeture de certains circuits de distribution (restauration, NDLR) ou débouchés, notamment à l'international », note FranceAgriMer. « Dans ce contexte dégradé, la filière porcine fait face à une hausse des coûts de production combinée à une baisse des cours depuis septembre 2021, dégradant fortement la trésorerie des entreprises de la filière. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

À chaque attaque, tous les éleveurs doivent pouvoir accéder aux tirs de défense simples, voire renforcés, sans entrave

défend Claude Font, référent loup pour la FNO (éleveurs ovins, FNSEA).