Le Réveil Lozère 05 mai 2021 a 09h00 | Par Sophie Chatenet

Pac : « La France ne doit pas sacrifier les hommes aux hectares »

En attendant la finalisation du plan stratégique national attendue pour fin juin-début juillet, les professionnels agricoles du Massif central poursuivent leur lobbying pour obtenir une feuille de route préservant le modèle de polyculture-élevage à dimension familiale.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le Massif central défend le principe d'une aide pour les producteurs laitiers de montagne différenciée.
Le Massif central défend le principe d'une aide pour les producteurs laitiers de montagne différenciée. - © SC

À l'occasion d'une réunion en visio, les membres de la Copamac-Sidam (grand Massif central) ont réitéré leur inquiétude suite à la publication récente des propositions du ministère de l'agriculture sur le plan stratégique national. Cette inquiétude avait suscité plusieurs mouvements de protestation dans les départements du grand Massif central et donné lieu à deux vastes rassemblements le 25 mars à Clermont-Ferrand et à Lyon.
Depuis, les responsables professionnels ont rencontré Julien Denormandie. La teneur des échanges, loin de les rassurer, a donné lieu à de nouvelles rencontres avec les parlementaires français et européens. Des courriers ont, par ailleurs, été adressés au plus haut niveau de l'État fin avril.
Pour les élus du grand Massif central, et plus globalement de tous les Massifs français (Alpes, Pyrénées, Vosges, Jura et Corse), ce qui se joue c'est clairement un modèle d'agriculture diamétralement opposé : « l'État doit choisir entre deux visions de la Pac qui s'opposent : la Pac des hommes contre la Pac des hectares. L'agriculture des Massifs est désignée à tort comme la « grande gagnante » de la réforme de 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.