Le Réveil Lozère 27 mars 2019 a 09h00 | Par Stéphane Lucereau

Paies de janvier : la MSA sera tolérante

La MSA sera tolérante sur les éventuels retards ou erreurs apparus sur les paies du mois de janvier.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

La fin de l’année 2018 et le début de l’année 2019 ont été particulièrement difficiles à gérer pour les employeurs de main-d’œuvre qui établissent eux-mêmes leurs bulletins de paie, ou pour les organismes à qui ces tâches sont déléguées. En effet, si certaines réformes étaient connues à l’avance et bien anticipées par les éditeurs de logiciel paie (comme le prélèvement à la source – PAS), il n’en allait pas du tout de même pour d’autres mesures qui ont été décidées dans l’urgence en réponse aux mouvements sociaux. C’est ainsi que les textes d’application de dispositions importantes (anticipation au 1er janvier de l’exonération de certaines cotisations sociales sur les heures supplémentaires, prime exceptionnelle de pouvoir d’achat, nouveau dispositif « travailleurs occasionnels »…) n’ont été connus que très tardivement (jusqu’au 30 décembre 2018 !). Il a ensuite fallu quelques semaines aux éditeurs de logiciels paie pour apporter les modifications qui s’ensuivaient. Ainsi, les employeurs ou services paies n’ont reçu les mises à jour de leur logiciel qu’à la fin du mois de janvier 2019, et même pour certains, qu’au début du mois de février !

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1503, du 28 mars 2019, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.