Le Réveil Lozère 29 décembre 2021 a 15h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

Pas d'obligation au-dessous de 10 000 EUR de CA en porcs et bovins viande (JO)

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Les éleveurs de porcs charcutiers castrés et de bovins de races à viande ne sont pas concernés par l'obligation de contractualiser s'ils réalisent pour ces productions un chiffre d'affaires inférieur à 10 000 EUR, d'après un décret paru au Journal officiel le 26 décembre. Prévue dans la loi Égalim 2 du 18 octobre, cette exemption s'applique aussi à leurs acheteurs jusqu'à 100 000 EUR en bovins et 780 000 EUR en porcs. Cette même loi a instauré la contractualisation obligatoire avec le premier acheteur, qui s'applique dès le 1er janvier 2022 pour les porcs castrés et certaines catégories de bovins viande (jeunes bovins de moins de 24 mois, génisses et vaches allaitantes). Le décret paru le 26 décembre s'applique également aux broutards, à qui la contractualisation obligatoire s'appliquera le 1er juillet 2022. Ce texte était particulièrement attendu par la profession, dans un contexte où l'obligation de contractualiser provoque des remous sur le terrain : une manifestation - dont s'est désolidarisé le syndicalisme majoritaire - a rassemblé quelque 200 éleveurs et négociants à Clermont-Ferrand le 23 décembre. Par ailleurs, ce texte porte aussi sur les contrats en lait de vache, brebis et chèvre ; il met en conformité les articles correspondants avec la nouvelle écriture du Code rural provenant de la loi Égalim 2.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les mots ont agacé, parce qu’ils ont sans doute été trop forts

regrette Loïc Guines, président de l’Agence bio et référent bio pour l’Apca dans une interview avec Agra presse parue le 17 juin.