Le Réveil Lozère 09 septembre 2020 à 10h00 | Par R. Saint-André, L'Union du Cantal

Pas un, mais quatre robots au Gaec du Sabatier

À Marcolès, dans le Cantal, la famille Prat mise sur l'automatisation des tâches. Aux deux robots de traite et à l'aspirateur à lisier s'ajoute un robot autonome de distribution fourragère.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Près de la mélangeuse-distributrice autonome, les éleveurs Yohan et Maxime Prat autour de David Puech et Pierre Chauvet (Centraliment-Altitude) et d'Aurélia Boyer (Lely).
Près de la mélangeuse-distributrice autonome, les éleveurs Yohan et Maxime Prat autour de David Puech et Pierre Chauvet (Centraliment-Altitude) et d'Aurélia Boyer (Lely). - © R. Saint-André

« Il n'y a qu'en main-d'oeuvre que nous n'étions pas autonomes. » Le constat de Maxime Prat découle d'une mauvaise expérience. Au moment où son fils Yohan s'installe à ses côtés (en 2018), il doit subir une opération chirurgicale qui réclame trois mois d'arrêt de travail... et personne pour le remplacer durablement. La réflexion sur l'automatisation de la ferme est prise. En un an, la modernisation sera spectaculaire.
« Nous nous sommes rendus en Bretagne pour visiter les installations de robots d'alimentation. Très vite, nous avons opté pour robotiser aussi la traite », commentent les associés père-fils du Gaec du Sabatier, auquel participe aussi la mère, Nathalie Prat. Un bâtiment est agrandi - une bonne partie en autoconstruction - équipé de deux robots de traite* et bénéficiant d'un sol nettoyé par un aspirateur-racleur qui se guide tout seul, sans intervention. La configuration de l'exploitation, entourée de prairies, permet un libre accès des animaux à la pâture, plus de 150 jours par an au printemps et à l'automne.
Parallèlement, à proximité immédiate des silos, une « cuisine » est créée où un puissant grappin guidé par des lasers vient automatiquement, selon une pesée prédéfinie précise, alimenter en foin, herbe, maïs, compléments... une mélangeuse, elle-même totalement autonome : elle traverse la cour de ferme pour se rendre à la stabulation où elle distribue le fourrage à intervalles réguliers. Au total, ce sont 650 000 EUR qui ont été mobilisés pour ces aménagements qui bénéficient d'un taux de subvention Feader (fonds européens distribués par la Région) intéressant de 43 %.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui