Le Réveil Lozère 30 juin 2021 a 11h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

Pas « un statu quo » pour la FNSEA, entendue sur « de nombreux points »

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Réagissant à l’accord politique trouvé le 25 juin sur la réforme de la Pac, la FNSEA estime, dans un communiqué paru le jour même, qu’il s’agit de « tout sauf un statu quo pour les agriculteurs », mettant en avant notamment la création d’une nouvelle conditionnalité des aides, les éco-régimes, sur 25 % du budget du premier pilier. En l’état, cet accord, se félicite-t-elle, « répond à de nombreux points sensibles » soulevés par la centrale. Et de citer les « impasses liées à une rotation annuelle stricte à la parcelle » ou « un pourcentage d’éco-régimes trop important ». La FNSEA mentionne également au rang des dossiers aboutis : les droits de plantation, la « consolidation des acquis d’Omnibus sur l’organisation économique », ainsi que que « l’intervention pour le secteur du sucre ou encore la mise en œuvre d’un droit à l’erreur ». Toutefois « des doutes » subsistent sur d’autres dossiers, telle que l’éco-conditionnalité BCAE 9, qui « contraint les agriculteurs européens à retirer de la production une partie non négligeable des terres arables ». Le syndicat majoritaire s’interroge sur la « cohérence » d’une telle mesure avec un « objectif de souveraineté alimentaire ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.