Le Réveil Lozère 13 novembre 2019 a 09h00 | Par FDC 48

Permis de chasser, bien des raisons pour le passer

En 2019, la fédération départementale des chasseurs de Lozère a organisé six sessions de formation au permis de chasser, chacune étant clôturée par un examen.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © FDC48

Cette année, 160 candidats se sont présentés pour décrocher le sésame avec un taux de 82 % de réussite, contre 75 % au niveau national. Il est utile de rappeler que la formation est prise en charge par la fédération et assurée par ses agents qui allient la passion à la compétence.
« Assurer » est bien le terme tant il est vrai que les questions de sécurité (maniement de l'arme, angles de tir, comportement, équipement) est au coeur de l'apprentissage, abondé bien sûr par les connaissances relatives à la faune et à la réglementation générale.
Qui dit permis dit recrutement de nouveaux chasseurs, opération essentielle pour construire la pérennité de la chasse, une activité nature par excellence.
Or devenir un nouveau chasseur ne signifie pas forcément être un... jeune chasseur. En effet, la typologie des candidats évolue en ce sens que l'on trouve désormais des 35-60 ans (en majorité des hommes) aux motivations diverses.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1534, du 14 novembre 2019, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.