Le Réveil Lozère 29 avril 2021 a 09h00 | Par GS

Pierre Demangeat : nouveau directeur de l’ONF en Lozère

 Changement de tête à l’Office national des forêts. Depuis le 1er mars, Pierre Demangeat a été nommé responsable de l’unité territoriale de l’ONF en Lozère. Portrait d’un forestier de terrain, arrivant des Pyrénées pour « assurer la continuité » d’une gestion forestière bousculée par les enjeux climatiques.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
 Changement de tête à l’Office national des forêts. Depuis le 1er mars, Pierre Demangeat a été nommé responsable de l’unité territoriale de l’ONF en Lozère. Portrait d’un forestier de terrain, arrivant des Pyrénées pour « assurer la continuité » d’une gestion forestière bousculée par les enjeux climatiques.
 Changement de tête à l’Office national des forêts. Depuis le 1er mars, Pierre Demangeat a été nommé responsable de l’unité territoriale de l’ONF en Lozère. Portrait d’un forestier de terrain, arrivant des Pyrénées pour « assurer la continuité » d’une gestion forestière bousculée par les enjeux climatiques. - © GS

Qu’on ne s’attende pas à une révolution dans la gestion des forêts publiques lozériennes. Fraîchement nommé à la tête de l’Office national des forêts dans le territoire, Pierre Demangeat, 38 ans, n’est « pas là pour faire table rase » et compte bien « s’inscrire dans la continuité » de son prédécesseur, Daniel Seven, qui vient de partir en retraite. Bien qu’encore jeune, Pierre Demangeat est sensibilisé depuis ses études à AgroParisTech à « la notion de long terme qui préside la gestion forestière ».

Un forestier « de terrain »
Ayant débuté sa carrière comme responsable de formation au lycée forestier du Haut-Languedoc, il assurait depuis treize ans la direction de l’ONF dans les Pyrénées-Orientales, avec à sa charge la gestion des forêts du massif du Canigou. L’occasion d’apprendre à « travailler en étroite collaboration avec les élus et avoir une vraie présence de terrain » explique le responsable, qui tient à ce que « les forestiers ne soient pas dans une tour d’ivoire ». Si jusqu’ici, il connaissait la Lozère plutôt pour ses atouts touristiques, le nouveau directeur nommé voilà deux mois n’a pas tardé à percevoir le panel d’atouts forestiers du département mais aussi ses difficultés, comme « la fragilité des peuplements ou le manque de débouchés ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).