Le Réveil Lozère 29 janvier 2020 à 17h00 | Par AG

Place aux négociations de libre-échange

Après des mois de discussions, Bruxelles et Londres vont enfin finaliser l’accord de retrait du Royaume-Uni qui quittera donc l’UE le 31 janvier à minuit.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Stuart Wilson – CE

Cette fois, sauf nouveau coup de théâtre plus qu’improbable, le Royaume-Uni devrait bien quitter l’UE le 31 janvier, date à laquelle les Britanniques ne feront plus partie des institutions européennes. Mais la réelle sortie du Royaume-Uni de l’UE se fera plutôt le 1er janvier 2021, quand le désormais pays tiers quittera l’union douanière. Entre-temps le Royaume-Uni cessera d’être membre de l’UE, mais durant cette période de transition, ses relations commerciales vont rester les mêmes, il continuera à suivre les règles communautaires (notamment en acceptant les arrêts de la Cour de justice de l’UE) et à contribuer au budget de l’UE.
Bruxelles et Londres disposent donc d’un délai de 11 mois pour négocier les termes de leur future relation, en particulier commerciale. Sans quoi, ce sont les règles de base de l’OMC qui s’appliqueraient par défaut, entre autres aux 47 milliards d’exportations agroalimentaires annuelles de l’UE à 27 vers le Royaume-Uni.
Dès le 1er février, la Commission européenne devrait proposer un mandat de négociation, préparé par Michel Barnier, aux États membres avec l’objectif d’entamer les pourparlers avec le Royaume-Uni une fois ce mandat adopté par les États membres. Le porte-parole en chef de la Commission, Éric Mamer, a précisé le 20 janvier que « cela prendra un certain temps. Nous allons entamer les négociations aussi rapidement que possible, mais ce ne sera certainement pas avant la fin février, début mars ». Et pour qu’à la fin de cette négociation l’accord entre en vigueur il faudra en outre certainement prévoir au moins un mois que celui-ci soit adopté formellement des deux côtés de la Manche. Les négociateurs ne disposent donc en réalité que de neuf mois pour trouver un terrain d’entente. Une nouvelle phase qui promet déjà d’être tout aussi compliquée que celle qui vient de se clore.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1543, du 30 janvier 2020, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Des bénéfices économiques directs, et une productivité ou une rentabilité accrue sont les conditions essentielles de l’adoption des pratiques durables à court terme

soulignent des chercheurs dans une étude publiée le 4 octobre dans Nature.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui