Le Réveil Lozère 25 novembre 2020 a 10h00 | Par MR

Plan de relance agricole : le détail des premiers 455 millions d’euros

Modernisation des abattoirs, diminution des intrants, structuration des filières. Une petite moitié du plan de relance agricole a été détaillée par le ministère de l’Agriculture le 17 novembre, couvrant des aides instruites par FranceAgriMer dont les guichets s’ouvriront à partir de novembre – selon les mesures – pour rester ouverts jusqu’en 2022.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Modernisation des abattoirs, diminution des intrants, structuration des filières. Une petite moitié du plan de relance agricole a été détaillée par le ministère de l’Agriculture le 17 novembre, couvrant des aides instruites par FranceAgriMer dont les guichets s’ouvriront à partir de novembre – selon les mesures – pour rester ouverts jusqu’en 2022.
Modernisation des abattoirs, diminution des intrants, structuration des filières. Une petite moitié du plan de relance agricole a été détaillée par le ministère de l’Agriculture le 17 novembre, couvrant des aides instruites par FranceAgriMer dont les guichets s’ouvriront à partir de novembre – selon les mesures – pour rester ouverts jusqu’en 2022. - © Julien Beinat/Illustration

À l’occasion d’un conseil d’administration le 17 novembre, FranceAgriMer a validé un volet de 455 millions d’euros des mesures issues du plan de relance dont la partie agricole et forestière doit s’élever à 1,2 milliards d’euros. Le ministère de l’Agriculture a détaillé, dans la soirée, l’ensemble de ces aides validées et instruites par l’établissement public, dont les guichets s’ouvriront à partir de novembre – selon les mesures – et au plus tard en janvier, pour rester ouverts tout au long de 2021 et 2022. Il a d’ailleurs précisé que l’actuel blocage de la Pologne et de la Hongrie concernant le financement du plan de relance européen ne remettait pas en cause ce calendrier.
Une enveloppe de 205 millions d’euros a été validée pour soutenir l’investissement matériel « pour la transition agroécologique et l’adaptation au changement climatique ». Elle comprend deux mesures « accessibles à partir du début de l’année 2021 » : une « aide à la conversion des équipements » (135 millions d’euros) qui finance jusqu’à « 30 à 40 % » de l’achat d’un équipement permettant de limiter directement ou indirectement l’usage des pesticides ou des effluents d’élevage ; cette aide sera bonifiée pour les jeunes agriculteurs (+10 pts), les achats collectifs (+10 pts) ou en outre-mer (+30 pts).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).