Le Réveil Lozère 18 février 2022 a 08h00 | Par P. Olivieri

Pompe solaire : un plan B en montagne

L’alimentation de points d’abreuvement d’eau grâce à une pompe solaire constitue une réelle alternative quand le gravitaire est impossible.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
L’alimentation de points d’abreuvement d’eau grâce à une pompe solaire constitue une réelle alternative quand le gravitaire est impossible.
L’alimentation de points d’abreuvement d’eau grâce à une pompe solaire constitue une réelle alternative quand le gravitaire est impossible. - © P. Olivieri

Jadis les Shadoks s’épuisaient à pomper pour récupérer un combustible hyper puissant. Une débauche d’énergie que les créatures de Jacques Rouxel auraient pu s’économiser si elles s’étaient inspirées de l’installation étrennée en fin d’été 2021 par la Coptasa sur l’un des paddocks du plateau de Salers. Ici, c’est l’énergie solaire qui remplace les bras pour pomper non pas du carburant mais une ressource tout aussi précieuse : de l’eau. Confrontée à des épisodes secs successifs, la coopérative de transhumance a engagé, il y a plusieurs années déjà, une politique de sécurisation de cette ressource en aménageant régulièrement des points d’abreuvement pour les quelque 3 800 bovins accueillis sur ces estives. L’an dernier, c’est plus particulièrement le secteur du plateau de Salers qui a été ciblé avec des aménagements réalisés sur cinq paddocks dédiés à trois lots de bovins, d’environ 90 couples (vaches allaitantes et leurs veaux) chacun. Avec comme objectif de limiter l’abreuvement des animaux dans le ruisseau l’Auze et pour ce faire, capter de nouvelles sources. Afin d’atténuer au maximum l’impact de cet abreuvement direct dans la rivière – dégradation des berges, risques de pollution organique – la Coptasa avait au préalable déjà fait procéder à des descentes aménagées contenant les vaches sur la seule berge. « Il y a aussi un enjeu pour les animaux : en période de fort étiage, avec un débit faible, la qualité de l’eau n’est pas optimale pour l’abreuvement », indique Laurent Bouscarat, directeur de la coopérative et conseiller spécialisé sur le dossier eau à la chambre d’agriculture du Cantal.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous disons stop à l'arrivée de toutes ces réglementations, le monde agricole n'en peut plus, il s'y perd. Il ne sait plus à quelle zone réglementaire il appartient, à quelle date semer.

Les chambres d'agriculture demandent une planification face au nombre important de politiques environnementales.