Le Réveil Lozère 13 octobre 2022 a 12h00 | Par Pascale Dumont

Porc de Montagne, dix ans déjà

Encore un anniversaire au Sommet de l'élevage, avec les dix ans de la marque Origine montagne. L'occasion pour les représentants de l'association et ses partenaires d'évoquer l'avenir et le plan de communication qui vient d'être lancé.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Encore un anniversaire au Sommet de l'élevage, avec les dix ans de la marque Origine montagne. L'occasion pour les représentants de l'association et ses partenaires d'évoquer l'avenir et le plan de communication qui vient d'être lancé.
Encore un anniversaire au Sommet de l'élevage, avec les dix ans de la marque Origine montagne. L'occasion pour les représentants de l'association et ses partenaires d'évoquer l'avenir et le plan de communication qui vient d'être lancé. - © Dominique Poilvet/Illustration

Des hommes, des territoires, des produits, c'est le triptyque réuni il y a plus de vingt ans qui a donné naissance à l'association Porc montagne (APM) comme l'a rappelé sur le Sommet de l'élevage son premier président, Georges Champeix. En 2012, l'association mettait autour de la table fabricants d'aliments, éleveurs, abatteurs et transformateurs et créait sa propre marque collective Origine montagne avec pour objectif des produits 100 % montagne. La marque, qui a obtenu en 2021 la qualification HVE, est en progression constante depuis sa création. Elle commercialise chaque année environ 800 t équivalent carcasse dont la moitié pour la salaison.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.