Le Réveil Lozère 28 octobre 2021 a 08h00 | Par Mélodie Comte

Porc : le marché régional se construit avec les signes officiels de qualité

Le marché régional de viande de porc est en forte demande, grâce notamment, aux différents signes officiels de qualité et d'origine qui exigent une provenance française de la matière première pour la confection des charcuteries.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le marché régional de viande de porc est en forte demande, grâce notamment, aux différents signes officiels de qualité et d'origine qui exigent une provenance française de la matière première pour la confection des charcuteries.
Le marché régional de viande de porc est en forte demande, grâce notamment, aux différents signes officiels de qualité et d'origine qui exigent une provenance française de la matière première pour la confection des charcuteries. - © Mélodie Comte

La filière porcine d'Auvergne-Rhône-Alpes compte 800 élevages pour environ 810 000 porcs charcutiers. Des chiffres honorables permettant à la région de peser à hauteur de 4,5 % dans la production française. L'élevage porcin participe au maintien des outils d'abattage puisque l'on en compte 26 sur le territoire régional, dont six qui traitent 95 % des volumes avec deux d'entre eux entièrement dédiés à la tuerie porcine (Lapalisse dans l'Allier et Bourg-en-Bresse dans l'Ain). Plus de 88 % des porcs régionaux sont abattus sur ce territoire pour une production annuelle de 67 000 tonnes de viande. Les deux tiers seront transformés en charcuterie par les 70 entreprises régionales faisant ainsi d'Auvergne-Rhône-Alpes, la troisième région française productrice de salaisons. La diversité des Siqo (signes officiels de qualité et d'origine) favorise l'approvisionnement local et tire donc ce marché vers le haut.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue

Écrivent les présidents de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique le 26 novembre et adressée au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.