Le Réveil Lozère 10 juin 2020 à 09h00 | Par Propos recueillis par Yannick Groult

« Pour reconquérir la souveraineté : relocaliser la production et étiqueter l’origine »

Alors que la FNSEA tiendra son assemblée générale le 18 juin en visioconférence, sa présidente Christiane Lambert « qui se représentera pour un second mandat » détaille sa conception de la souveraineté alimentaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Alors que la FNSEA tiendra son assemblée générale le 18 juin en visioconférence, sa présidente Christiane Lambert « qui se représentera pour un second mandat » détaille sa conception de la souveraineté alimentaire.
Alors que la FNSEA tiendra son assemblée générale le 18 juin en visioconférence, sa présidente Christiane Lambert « qui se représentera pour un second mandat » détaille sa conception de la souveraineté alimentaire. - © Yannick Groult

De nouvelles habitudes ont été prises durant la crise, comme des réunions fréquentes avec les pouvoirs publics. La crise a-t-elle changé les rapports de la FNSEA avec l’administration ?
J’ai la réputation d’être une femme pressée. C’est détestable quand on écrit à un ministère et qu’on attend la réponse trois mois ! Avec la crise sanitaire, il y a eu une densité de réunions entre le gouvernement et les acteurs économiques, la chaîne alimentaire. Grâce à ça, il y a eu une agilité, une réactivité qui a été appréciée par tous les acteurs. Les administrations ont joué le jeu, les politiques aussi. Par exemple, pendant la crise, j’ai envoyé un courrier sur la filière cheval un vendredi à 17 h 30 ; à 20 h 30 j’avais la réponse. Ce sont des choses qu’on n’avait jamais connues avant.
S’il y a eu cette réactivité, c’est parce qu’il y a eu des chefs d’orchestre à la baguette : le président de la République, le Premier ministre, et le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, qui était un peu le pilote de tout ça. C’est aussi parce qu’il y a eu la peur de la pénurie alimentaire. Avec la crise, les dirigeants ont pris conscience de la robustesse de la chaîne alimentaire. Pour nous, agriculteurs, ça a aussi été la reconnaissance de la deuxième ligne, souvent citée par le président de la République et le Premier ministre. Emmanuel Macron a visité une usine de masques et, la semaine suivante, il s’est rendu dans une serre de tomates. Ce sont des symboles extrêmement forts. D’autant qu’il a visité une exploitation qui conjugue volume et qualité, qui produit beaucoup en quantité, qui est capable de livrer dans toute la France, tout en étant zéro phytos. Certains diront que ce ne sont que des mots, certes, mais c’est un début.

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1564, du 11 juin 2020, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui