Le Réveil Lozère 05 juin 2019 a 10h00 | Par Actuagri

Pour une autre idée de l’agriculture

Le quatrième congrès mondial d’agroforesterie qui s’est tenu pour la première fois en Europe a posé ses valises à Montpellier du 20 au 22 mai avec l’ambition d’évaluer la contribution de l’agroforesterie à la transition écologique de l’agriculture mondiale.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Organisé par le Cirad et l’Inra, en partenariat avec World Agroforestry, Agropolis international et Montpellier université d’excellence, cette grande semaine internationale de l’agroforesterie a assisté à la représentation de cent pays et de plus de 1 500 participants. Pour le comité d’organisation du congrès, il fallait que cette quatrième édition soit ancrée dans le débat de société sur l’agriculture car, « il est grand temps que les solutions techniques soient discutées au sein de la société et s’intègrent aux politiques publiques », a annoncé Christian Dupraz, directeur de recherche à l’Inra, et président du comité scientifique du congrès. L’agroforesterie consiste à associer des arbres dans les cultures et les pâtures. « C’est comme le bocage. Cela présente un intérêt notamment dans la protection des sols, mais c’est aussi une réponse aux enjeux du changement climatique par la mitigation, c’est-à-dire l’atténuation des effets liés aux sécheresses, aux pluies diluviennes, etc. », a précisé Emmanuel Torquebiau, directeur de recherche au Cirad et président du comité d’organisation du congrès.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1513, du 6 juin 2019, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les mots ont agacé, parce qu’ils ont sans doute été trop forts

regrette Loïc Guines, président de l’Agence bio et référent bio pour l’Apca dans une interview avec Agra presse parue le 17 juin.