Le Réveil Lozère 19 février 2020 � 11h00 | Par Véronique Gruber

Préparer ses parcelles avant pâture

Avant d’envoyer les vaches au pâturage, il faut veiller à ce que les parcelles et les chemins d’accès soient prêts à les recevoir.

Abonnez-vous R�agir Imprimer
- © Mélodie Comte

Patrice Mounier, conseiller chambre d’agriculture 43 et Haute-Loire conseil élevage, livre les points importants à anticiper. Tout se passe avant d’atteindre les 250°C jours base 1er février, un cumul de températures qui sonne le départ du pâturage.

Émoussage
En premier lieu, il faudra procéder à l’émoussage des parcelles. Cette opération consiste à écarter la terre retournée par les rongeurs (taupes et campagnols terrestres) et à retirer la mousse qui s’est répandue sur les prairies. L’émoussage se fait au moyen de deux outils : la herse émousseuse et la herse étrille (dont l’action est plus agressive). Quant à la période d’intervention, « il faut le faire ni trop tôt, ni trop tard. Trop tôt, il y a des risques de gel, ce qui peut fragiliser la prairie. Une intervention trop tardive, après 200°C jours, n’est pas forcément bénéfique non plus » indique Patrice Mounier. En réalité, il revient à chaque agriculteur d’évaluer la date d’intervention optimale notamment en fonction du type de parcelle (exposition, âge de la prairie, variétés implantées).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Aujourd’hui, la zone des Landes malheureusement est condamnée à très court terme

A déclaré Marie-Pierre Pé, la directrice du Cifog (interprofession du foie gras), sur RTL le 8 janvier. Avec une quarantaine de nouveaux cas depuis le 8 janvier, l’épizootie d’influenza aviaire poursuit sa progression