Le Réveil Lozère 19 février 2020 à 11h00 | Par Véronique Gruber

Préparer ses parcelles avant pâture

Avant d’envoyer les vaches au pâturage, il faut veiller à ce que les parcelles et les chemins d’accès soient prêts à les recevoir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Mélodie Comte

Patrice Mounier, conseiller chambre d’agriculture 43 et Haute-Loire conseil élevage, livre les points importants à anticiper. Tout se passe avant d’atteindre les 250°C jours base 1er février, un cumul de températures qui sonne le départ du pâturage.

Émoussage
En premier lieu, il faudra procéder à l’émoussage des parcelles. Cette opération consiste à écarter la terre retournée par les rongeurs (taupes et campagnols terrestres) et à retirer la mousse qui s’est répandue sur les prairies. L’émoussage se fait au moyen de deux outils : la herse émousseuse et la herse étrille (dont l’action est plus agressive). Quant à la période d’intervention, « il faut le faire ni trop tôt, ni trop tard. Trop tôt, il y a des risques de gel, ce qui peut fragiliser la prairie. Une intervention trop tardive, après 200°C jours, n’est pas forcément bénéfique non plus » indique Patrice Mounier. En réalité, il revient à chaque agriculteur d’évaluer la date d’intervention optimale notamment en fonction du type de parcelle (exposition, âge de la prairie, variétés implantées).

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1548, du 20 février 2020, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui