Le Réveil Lozère 24 avril 2019 a 09h00 | Par Nancy Sagnet

« Prérefroidir » le lait, une économie d’énergie

En élevage laitier, la consommation électrique d’un tank pour refroidir le lait est élevée. Pourtant, des moyens existent pour diminuer sa facture d’électricité, parmi eux, le prérefroidisseur de lait.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
À Saint-Chély-d’Apcher, le nouveau bâtiment du Legtpa François Rabelais est équipé d’un échangeur thermique à plaques.
À Saint-Chély-d’Apcher, le nouveau bâtiment du Legtpa François Rabelais est équipé d’un échangeur thermique à plaques. - © Nancy Sagnet

Dans les élevages laitiers, l’électricité représente environ 20 % de l’énergie totale consommée sur l’exploitation. Le refroidissement du lait est responsable de la moitié de la consommation électrique du bloc traite. Pourtant, il existe des leviers pour diminuer la consommation d’électricité sur les installations. Le nettoyage régulier des condenseurs du tank et le positionnement du groupe frigorifique sont des démarches simples qui permettent de réduire la consommation. Pour aller plus loin, des équipements offrent la possibilité de réduire sa facture énergétique. Le prérefroidisseur de lait permet d’abaisser la température du lait avant son arrivée dans le tank. L’économie d’énergie induite par le prérefroidissement est donc directement liée à la diminution de la température du lait obtenue par son passage dans l’échangeur. Elle peut représenter jusqu’à 60 % de baisse.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1507, du 25 avril 2019, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.