Le Réveil Lozère 29 juillet 2020 à 09h00 | Par IL

Pris la main dans le pot de miel

Malgré une image très positive auprès du grand public, le pot de miel a de fréquents démêlés avec la justice et l’administration pour tromperie sur sa qualité ou son origine, souvent étrangère. Même lorsqu’il est produit en France, le miel recourt à des fournitures exotiques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Malgré une image très positive auprès du grand public, le pot de miel a de fréquents démêlés avec la justice et l’administration pour tromperie sur sa qualité ou son origine, souvent étrangère. Même lorsqu’il est produit en France, le miel recourt à des fournitures exotiques.
Malgré une image très positive auprès du grand public, le pot de miel a de fréquents démêlés avec la justice et l’administration pour tromperie sur sa qualité ou son origine, souvent étrangère. Même lorsqu’il est produit en France, le miel recourt à des fournitures exotiques. - © Lise Monteillet/Illustration

La sentence tombe de FranceAgriMer : « La production française de miel ne permet pas de couvrir la consommation nationale. » Avec une production oscillant entre 15 000 et 25 000 tonnes selon les années, impossible en effet de répondre à une demande nationale évaluée à 45 000 tonnes.
« Jusqu’à la fin des années quatre-vingt-dix, il nous arrivait de dépasser les 30 000 tonnes », rappelle Henri Clément, président du syndicat apicole Unaf. La généralisation de certains produits phytosanitaires, la diminution de la sole de tournesol, et des changements de variétés sont les principaux facteurs évoqués par les observateurs pour expliquer cette baisse.
Selon les données de FranceAgriMer, la France se tourne désormais vers l’Ukraine (18 % des importations en 2018), l’Espagne (17 %), la Chine (10 %), ou l’Allemagne (10 %). Mais rien ne garantit cependant que le miel soit effectivement produit dans ces pays, prévient l’office national, puisque le miel « peut, dans certains cas, être conditionné ou réexporté depuis le pays de provenance ».
En 2017, la répression des fraudes a ainsi identifié 43 % de miels non conformes pour l’étiquetage dans 317 établissements français. La DGCCRF avait notamment engagé une procédure contentieuse « suite à la découverte d’une francisation de plusieurs centaines, voire milliers de tonnes de miels espagnols et chinois », par des intermédiaires actifs en France et en Espagne. Des producteurs français avaient aussi été épinglés : l’un pour des adultérations de miel au glucose et l’autre pour avoir vendu sur un marché un miel italien sous l’étiquette « miel de France ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Depuis des semaines, un éleveur perd 150 euros par animal vendu.

a dénoncé le bureau du Berceau des races à viande du Massif Central (Brav, regroupant 22 départements).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui