Le Réveil Lozère 29 octobre 2022 a 08h00 | Par RM

Prix de l’énergie : l’UE tente de contenir la flambée

Face à la crise énergétique dans le contexte de la guerre en Ukraine, la Commission européenne a présenté un nouveau paquet de mesures pour contrer l’envolée des prix du gaz. Ce plan consisterait notamment à acheter du gaz en commun, à créer une nouvelle référence pour la fixation du prix du gaz naturel liquéfié, ou encore à instaurer des règles de solidarité en cas de pénurie d’approvisionnement. Certains dirigeants de l’UE plaident pour plafonner le prix du gaz dans la production d’électricité.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Face à la crise énergétique dans le contexte de la guerre en Ukraine, la Commission européenne a présenté un nouveau paquet de mesures pour contrer l’envolée des prix du gaz. Ce plan consisterait notamment à acheter du gaz en commun, à créer une nouvelle référence pour la fixation du prix du gaz naturel liquéfié, ou encore à instaurer des règles de solidarité en cas de pénurie d’approvisionnement. Certains dirigeants de l’UE plaident pour plafonner le prix du gaz dans la production d’électricité
Face à la crise énergétique dans le contexte de la guerre en Ukraine, la Commission européenne a présenté un nouveau paquet de mesures pour contrer l’envolée des prix du gaz. Ce plan consisterait notamment à acheter du gaz en commun, à créer une nouvelle référence pour la fixation du prix du gaz naturel liquéfié, ou encore à instaurer des règles de solidarité en cas de pénurie d’approvisionnement. Certains dirigeants de l’UE plaident pour plafonner le prix du gaz dans la production d’électricité - © Guy Dubon/Illustration

Pour réduire la volatilité des prix du gaz et assurer la sécurité de son approvisionnement, la Commission européenne a soumis le 18 octobre de nouvelles propositions, après celles adoptées sur l’électricité le 30 septembre, visant notamment à doter l’UE de nouveaux outils juridiques pour acheter du gaz en commun. Ce mécanisme permettra à l’UE de négocier de meilleurs prix et réduire le risque de surenchère entre les États membres. Dans la pratique, l’exécutif européen passerait un contrat avec un prestataire de services pour organiser l’agrégation de la demande au niveau de l’UE, en regroupant les besoins d’importation de gaz et en recherchant des offres sur le marché pour répondre à la demande. Ces achats groupés aideront « les petits États membres et les entreprises, qui sont dans une situation moins favorable en tant qu’acheteurs, à accéder à des volumes de gaz à de meilleures conditions », espère la Commission européenne.
Le secteur agricole et agroalimentaire de l’UE, dont les coûts de production explosent (notamment les prix des engrais ou les frais de chauffage des serres par exemple), se montre particulièrement attentif à ces propositions et espère en profiter.

Fixation des prix
Bruxelles entend également créer une nouvelle référence pour la fixation des prix du gaz naturel liquéfié (GNL) afin qu’elle reflète plus correctement les réalités du marché. À cette fin, l’Agence européenne de coopération des régulateurs de l’énergie serait chargée de mettre en place un outil d’évaluation objective des prix. « Elle recueillera ainsi des informations en temps réel sur toutes les transactions quotidiennes de GNL et améliorera la transparence du marché », explique la Commission.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.