Le Réveil Lozère 02 novembre 2022 a 12h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

Prix de l'énergie : la FNSEA veut assouplir les critères d'accès aux aides publiques

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Dans un communiqué de presse publié le 28 octobre, la FNSEA a demandé au gouvernement la mise en place d'un bouclier tarifaire pour toutes les exploitations agricoles. La prise de parole de la centrale syndicale intervient à la suite de la présentation, la veille, de trois mesures de protection des entreprises pour les tarifs de l'énergie par la Première ministre Élisabeth Borne. Si « ces mesures vont dans le bon sens », la FNSEA estime néanmoins qu'elles sont « loin du bouclier tarifaire [qu'elle] appelait de [ses] voeux ». Elle demande que soit supprimé le plafond de puissance électrique de 36 kVA pour les TPE, tout comme le critère de la part minimum de 3 % de la facture d'énergie dans le chiffre d'affaires pour être éligible à l'aide aux entreprises énergo-intensives. « Les agriculteurs demeurent très inquiets face au risque d'arrêts de production voire de cessation d'activité », prévient la FNSEA. C'est notamment le cas de la filière de la pomme de terre, qui fait face à l'explosion des coûts de stockage des récoltes. Pour les producteurs, la crainte est de voir leur trésorerie s'effondrer au risque de ne pas pouvoir planter à nouveau, a confié Geoffroy d'Evry, président de l'UNPT (producteurs de pommes de terre, FNSEA) à Agra Presse. De source professionnelle, des réflexions seraient en cours à ce sujet au sein du ministère de l'Agriculture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.