Le Réveil Lozère 30 juin 2021 a 11h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

Prix en hausse et livraisons retardées chez les distributeurs

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Un allongement des délais de livraison et une hausse des prix constituent les grandes préoccupations des distributeurs de matériels agricoles, a indiqué le 28 juin leur organisation Sedima. « Pour certaines marques, certaines catégories, on commence à avoir des pénuries », a signalé en conférence de presse le nouveau président Loïc Morel. Les distributeurs d'agroéquipement se voient annoncés des délais d'approvisionnement « de plus en plus longs ». « Il ne se passe pas une semaine sans qu'on reçoive une augmentation de tarif » de la part des constructeurs, a-t-il ajouté, chiffrant les hausses entre 3 et 20 %. Le secteur connaît une pénurie de matières premières et « un risque d'arrêt de la production » dans certaines usines, avait alerté Axema (industriels) le 27 mai. Ces difficultés ressortent dans l'enquête réalisée par le Sedima auprès de ses adhérents. Plus de neuf sondés sur dix disent être confrontés à des retards de livraison de leurs matériels (93 % pour les matériels d'accompagnement, 91 % pour les tracteurs, 61 % pour les automoteurs). Même problème côté pièces détachées, avec une part de répondants concernés supérieure à huit sur dix. 88 % subissent de « fortes hausses » de prix, qui concernent l'ensemble des matériels.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.