Le Réveil Lozère 03 avril 2019 a 09h00 | Par Sophie Chatenet

Production ovine : le péril océanien

Dans le cadre d’un cycle de conférence, l’Institut de l’élevage et ses partenaires se sont interrogés dernièrement sur l’impact sur la production ovine française de possibles accords de libre-échange entre l’Union européenne, la Nouvelle-Zélande et l’Australie.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le cycle de conférence « grand angle ovin » a été retransmis en région.
Le cycle de conférence « grand angle ovin » a été retransmis en région. - © SC

Poids lourds de la production ovine, la Nouvelle-Zélande et l’Australie assurent 70 % de la viande ovine consommée sur la planète. « Basé exclusivement sur le pâturage avec des charges de main-d’œuvre relativement réduites, l’Australie et la Nouvelle-Zélande affichent une compétitivité inégalée », selon Marie Carlier de l’Institut de l’élevage. Pour autant, sa structure de production très liée à la pousse de l’herbe la rend plus vulnérable aux sécheresses qui ont tendance à s’accentuer ces dernières années. Très orientée sur l’export, la filière océanienne dispose de marges de manœuvre réduite sur son territoire. Actuellement, avec 22 % de ces volumes exportées, l’Union européenne est l’une des destinations majeures des agneaux produits par ces deux pays. L’accès au marché européen reste pour le moment limité par des contingents à droits nuls. En cas d’accords de libre-échange entre l’Europe, la Nouvelle-Zélande et l’Australie, le risque est réel d’accentuer l’envoi massif de viande ovine océanienne sur le marché européen, « un volume qui sera d’autant plus important en cas de rétractation du marché chinois ou de sécheresse », précise Patrick Soury, secrétaire général de la Fédération nationale ovine (FNO).

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1504, du 4 avril 2019, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.