Le Réveil Lozère 05 mai 2021 a 09h00 | Par Patrice Boulet, Président du Copage

PSE (paiements pour services environnementaux) : quelques précisions

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Vous avez été nombreux à réagir à l’article du Réveil Lozère la semaine dernière. À ce titre, il est important d’apporter quelques précisions pour que nous ayons tous le même niveau d’information.
Le Copage s’est porté candidat pour mettre en place ce dispositif en lien avec les agences de l’eau uniquement de façon expérimentale. Cela a concerné le bassin-versant de la Truyère en amont de Serverette, de la Colagne en amont de Marvejols financé par l’agence de l’eau Adour-Garonne.
Toutes les exploitations ne sont pas éligibles, et pour celles qui le sont, certaines règles sont à respecter. Ce dossier n’est pas cumulable avec les MAE en cours.
Cette expérimentation paraît plutôt intéressante pour notre département, pour autant nous n’avons à ce jour aucune garantie de pérennité du dispositif. Les négociations actuelles de la Pac retiendront-elles ces mesures, de quelle manière, sur quels territoires ? Aujourd’hui nous n’avons pas de réponse.
Si un déploiement plus large devait intervenir en 2023, tout serait mis en œuvre pour que les bénéficiaires potentiels en soient informés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Je reste persuadée que les cartes sur lesquelles s’appuient l’expertise des prairies ne reflètent pas les pertes réelles de fourrage par la méthode des indices de pousse de l’herbe

a déclaré Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture, alors que les calamités agricoles 2022 sont en cours de paiement auprès des agriculteurs concernés.