Le Réveil Lozère 28 avril 2021 a 17h00 | Par GS

PSE : un outil récompensant les pratiques vertueuses pour l’environnement

Malgré un périmètre réduit, les paiements pour services environnementaux (PSE) ouvrent la voie à une rémunération plus juste en valorisant les bonnes pratiques existantes.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Malgré un périmètre réduit, les paiements pour services environnementaux (PSE) ouvrent la voie à une rémunération plus juste en valorisant les bonnes pratiques existantes.
Malgré un périmètre réduit, les paiements pour services environnementaux (PSE) ouvrent la voie à une rémunération plus juste en valorisant les bonnes pratiques existantes. - © Marion Ghibaudo/Illustration

« Faire de l’agriculture une alliée de la biodiversité » : c’était le 24e objectif du plan biodiversité lancé en 2018 par le ministère de la Transition écologique. Pour l’occasion, un nouvel outil était créé : les paiements pour services environnementaux. Plutôt que de demander une énième fois aux exploitants de changer leurs pratiques, les PSE viennent rémunérer et valoriser les pratiques positives existantes. Dès 2019, l’agence de l’eau Adour-Garonne s’est portée volontaire pour développer son propre outil d’évaluation et a mis en place un territoire test en Lozère sur le secteur du Lot-Amont et de la Haute-Truyère. Pour que les agriculteurs soient éligibles, ils ne doivent bénéficier ni des aides à la conversion/maintien en bio ni des mesures agro-environnementales, et d’autre part disposer au moins de la moitié du parcellaire de l’exploitation en zone PSE. C’est le cas du Gaec Cheminades, sur la commune de Lachamp-Ribennes. « On avait reçu un courrier en juillet dernier pour nous dire que nous faisions partie des exploitants éligibles » raconte Pierre Monteil, l’un des trois associés du Gaec. Cette exploitation en bovin et ovin viandes de 250 hectares, qui pratique l’agriculture raisonnée, dispose ainsi de lisière de bois et de prairies naturelles. « 25 ans qu’on travaille comme ça ! » souligne Pierre Monteil. Sauf que désormais, ce travail de préservation offre une compensation financière.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).