Le Réveil Lozère 11 mars 2020 à 13h00 | Par Alison Pelotier

Quand adaptation rime avec satisfaction

Avec un réseau de 11 740 structures en France métropolitaine les Cuma restent pour plus de 200 000 agriculteurs une solution efficace pour partager les frais de mécanisation mais pas seulement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les Cuma participent au développement des circuits courts via la mutualisation d’ateliers de transformation, de moyens de transport et de commercialisation.
Les Cuma participent au développement des circuits courts via la mutualisation d’ateliers de transformation, de moyens de transport et de commercialisation. - © DR

Lieu d’échanges entre agriculteurs, les Cuma sont reconnues pour de nombreuses activités de mécanisation. 87 % d’entre elles ont une activité de récolte et 81 % une activité de travail du sol. Le transport et la manutention (80 %), la fertilisation (73 %) et les semis (65 %) sont aussi des postes particulièrement présents en Cuma. Celles-ci sont de plus en plus nombreuses à s’engager vers d’autres modes de cultures. « D’après les derniers chiffres recensés, en 2017, 2 480 Cuma avaient une activité de désherbage alternatif », indique Manon Bossa, chargée de mission agroéquipement à la FRCuma Aura. Elles sont, par ailleurs, impliquées dans près de 130 GIEE, groupement favorisant l’émergence des dynamiques collectives prenant en compte à la fois des objectifs économiques et des objectifs environnementaux, sur les thématiques sols, gestion de l’azote et autonomie alimentaire. Depuis 2016, les Cuma favorisent l’emploi. Elles sont reconnues comme groupement d’employeurs et mettent donc à disposition de leurs adhérents un ou plusieurs salariés. « Aujourd’hui, quelque 1 615 Cuma portent la casquette d’employeur pour un total de 4 700 salariés », ajoute-t-elle.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1551, du 12 mars 2020, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui